Aller au contenu principal

MALI

 
 

PLACE BLANCHEMALI 9

j’ai laissé la ville,
place blanche
noire de monde.
Ici, c’est le désert
qu’on croit tranquille.
En Afrique comme ailleurs
la différence,
l’indifférence
persévèrent.
 

Mali 2008

                                                                                                       

                                                                    GENS DU DESERT

                                                                    Le désert me fascine,MALI 6
m’hallucine. M’hypnose.
Puis seulement je vois les gens ;
Les hommes, armés parfois ;
les enfants et les femmes
musulmanes,
voilées.
Mère, filles
j’ose ? pan !
en plein cœur
quand ça m’arrive d’oublier.
 

                                                                    Mali 2008

ENFANTS DU MALI

Il y a des rencontres,
ces jours où nous vivons sans montre
entre le désert de sable et les villes
de boues sèches.
Nos maisons solides ; leurs bidonvilles
jouent la fable de La FontaineMALI 4
du bambou et du chêne.
Le partage d’un plat unique
du riz, du pain
qu’ils mangent à la main.
Les femmes servent les hommes,
se côtoient côte à côte
un fils à leur sein.
L’hospitalité sacrée,
le soleil dans les cœurs
un moment.
A l’extérieur, brûlant.
Je rentre en France demain
 

Mali 2008

.                                                                                POUSSIERE DE DESERT

                                                                                Je ne suis pas sur la photo
                                                                                je suis bien dans le paysage.
                                                                                Panne de moteur ; les visages pâles descendentpoussière de désert 1
en pleine chaleur ; comment je dors !
Un grand silence pendant des heures
presque avoir peur
un bus sans âge vient nous sauver ;
solidarité monnayée ; au prix fort.
J’ai tourné la page
j’essaie de ne plus tenir de rôle.
J’ai caressé la chèvre
respiré la poussière
qui voyageaient avec nous.
J’ai transpiré avec eux.
Le bus s’arrête : chic, arrêt toilettes
mais c’est pour la prière du soir.
                                                                                Que des hommes ; pas de cachette
                                                                                J’ai entendu des cris
                                                                                J’ai respiré la nuit
 

                                                                                Mali , janvier 08

.

Publicités